Les métiers traditionnels de la construction à l’honneur à Oran

Les métiers traditionnels de la construction sont mis à l’honneur à Oran à la faveur d’un forum dédié à ce créneau, ouvert mardi 16 octobre 2017 à la Maison de l’artisanat et des métiers (MAM) en présence de nombreux jeunes en quête d’informations sur les débouchés dans le secteur socio-économique.

0 157

L’objectif de cette rencontre est de « promouvoir l’employabilité des jeunes à travers la formation dans les métiers traditionnels du bâti ancien », a indiqué Kamel Bereksi, président de l’association « Santé Sidi El-Houari » (SDH) organisatrice de l’événement.

« La manifestation vise notamment à donner de la visibilité aux activités de l’école-chantier de SDH qui a déjà formé plus de 600 jeunes aux métiers traditionnels de la construction », a précisé le même intervenant.

Les stagiaires de l’établissement, situé au cœur du quartier historique de Sidi El-Houari, bénéficient d’une formation théorique et pratique sanctionnée par un diplôme agréé par l’Etat, a-t-il souligné.
La majorité des diplômés ont pu être insérés dans des entreprises chargées de la concrétisation des programmes initiés par les pouvoirs publics en vue de la réhabilitation d’immeubles anciens de la ville d’Oran, a fait savoir le président de SDH.

Il a évoqué dans ce sens l’exemple du chantier de restauration du siège de l’hôtel de ville d’Oran où une dizaine de jeunes diplômés de l’école SDH ont été recrutés par l’entreprise « Hasnaoui Tarmim ».
L’école-chantier, a-t-il rappelé, compte six ateliers spécialisés en « menuiserie et travaux du bois », « forge et métaux », « maçonnerie et taille de pierre », « plomberie sanitaire », « électricité-bâtiment » et « revêtement intérieur ».

Le forum est également marqué par la participation d’autres secteurs partenaires à l’instar de celui de la formation et de l’enseignement professionnels qui a mis en place à Oran un parcours dédié à la
« réhabilitation et rénovation du vieux bâti ».
Par ailleurs, les différentes opportunités offertes aux jeunes en quête d’insertion ont été mises en relief par les responsables et cadres d’autres acteurs du secteur tels que la Chambre de l’artisanat et des métiers, la direction de l’éducation et l’Agence nationale de l’emploi (ANEM).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.