Le Portail de l'Etudiant Algérien

Promotion du système de santé en Algérie : importance de la médecine générale en tant que discipline autonome

0 68

Les participants à une rencontre régionale sur la médecine générale qui s’est ouverte, ce vendredi 10 novembre 2017, à Boumerdes, ont affirmé l’importance de l’inscription par les pouvoirs publics à partir de la prochaine rentrée, de la médecine générale en tant que discipline médicale autonome en matière de promotion du système de santé en Algérie et
d’amélioration du processus de formation en la matière.

Dans une déclaration à l’APS tenue en marge de cette rencontre organisée sous le slogan « La médecine générale, pierre angulaire dans le système de santé algérien », en présence de médecins, de spécialistes et de praticiens du secteur et abrité par la salle des conférences de la wilaya, le président de la Société algérienne de médecine générale (SAMG), Dr Redouane
Hadjij a indiqué que la médecine générale est le pilier du système de santé
national et qu’elle doit être réhabilitée.
Le projet de réforme du système de formation en médecine générale doit faire de cette discipline une spécialité autonome, dans laquelle les étudiants doivent être formés par des formateurs en médecine générale et non par des spécialistes dans d’autres spécialités médicales précises, a ajouté M.Hadjij.

A ce propos, il a indiqué que sa société contribue dans ce domaine avec efficacité, en dispensant une formation continue tout au long de l’année, à l’occasion de rencontres de wilayas,régionales et nationales.
Dans ce même contexte, le président de la SAMG a précisé que la formation des étudiants doit répondre à la nature de la spécialité précitée, d’autant plus que le médecin généraliste obtient souvent une formation au sein des établissements universitaires.

« Nous essayons, à travers l’organisation de ces rencontres, de former des formateurs dans la médecine générale en vue d’aider le ministère de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière à accomplir une formation externe des médecins généralistes, afin que nous puissions compter sur eux en matière de formation, et ce, à partir de la prochaine rentrée universitaire » a-t-il annoncé.

Il a, par ailleurs, cité un certain nombre de médecins qui ont présenté leurs communications à l’occasion de cette rencontre, et rappelé que la majorité des bacheliers s’orientent vers des spécialités médicales précises, en négligeant la spécialité de médecine générale, car inexistante
actuellement, raison pour laquelle, poursuivent ces médecins intervenants, nous soutenons l’inscription de cette spécialité dans le système de formation en vue de la protéger de la disparition en assurant une formation pédagogique au profit des médecins généralistes afin que ces derniers
puissent, à leur tour, former d’autres médecins au niveau de la Faculté de médecine.

Les participants ont également appelé à la nécessité d’adapter les lois régissant le domaine de la formation dans la Faculté de médecine actuellement, la rendre en adéquation avec le milieu et encourager, par là même, les nouveaux étudiants à se former en médecine générale.

Par ailleurs, Dr Merouane Houria, chargé de l’organisation de cette rencontre ,à laquelle ont assisté des médecins de différentes wilayas du pays, déclare qu’elle vise à réhabiliter la place du médecin généraliste qui est le premier maillon auquel recourt le patient, outre l’assistance du
ministère de tutelle en matière de formation des médecins généralistes, a-t-elle fait remarquer.

A noter qu’environ 38 000 médecins exercent dans la médecine générale en Algérie et qu’environ 3 000 médecins sont formés annuellement par les universités du pays, dont 1 500 généralistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.