Le Portail de l'Etudiant Algérien

Nécessaire implication de l’université pour réussir les programmes nationaux relatifs à la santé de la population

0 5

La réussite des différents programmes nationaux relatifs à la santé de la population ‘‘reste tributaire d’une implication effective, directe et continue de l’université algérienne’’, ont considéré après-midi des spécialistes en nutrition à l’ouverture du 3ème congrès international de la Société algérienne de nutrition.

L’université algérienne ‘‘dispose d’importantes compétences ayant réalisé des recherches et enquêtes sur le terrain en rapport notamment avec la nutrition et son impact sur la santé de l’homme, et les résultats de ces recherches peuvent être exploités pour appuyer les efforts nationaux de promotion de la santé de la population’’, a souligné Mme. Malika Bouchenak, présidente de la Société algérienne de la nutrition (SAN) organisatrice de l’évènement.

La même intervenante a déclaré ‘‘qu’il était grand temps de faire impliquer la recherche scientifique dans l’élaboration, la concrétisation et le suivi des programmes nationaux de la santé citant entre autres, le programme national de lutte contre l’obésité, celui de lutte contre le diabète ou des maladies cardiovasculaire.

Affirmant que la SAN a été associé au programme national de lutte contre le cancer dans son volet nutrition, Mme. Bouchenak, a appelé la corporation universitaire ‘‘à agir pour faire valoir son expérience à travers une participation réelle aux programmes nationaux de la santé’’.
A titre d’exemple, a ajouté Mme. Bouchenak, des recherches scientifiques sur l’intérêt des courbes de croissance nationales des enfants et adolescents (0-18 ans) algériens ont été réalisées et actualisées depuis 2008 mais, a -t-elle soutenu ‘‘ n’ont jamais pu être exploités dans les programmes nationaux de la santé’’.

Mettant l’accent sur l’importance de la notion ‘‘manger équilibré’’ dans la prévention contre les facteurs de risque de maladies comme le diabète, l’obésité et le syndrome métabolique, Mme. Bouchera, a dans ce sens proposée de ‘‘subventionner les fruits et légumes à la place du sucre et de l’huile’’ jusque-là démontrés, a-t-elle appuyé ‘‘comme ennemie de la santé’’.

Au menu de cette manifestation scientifique devant se poursuivre jusqu’à jeudi à l’université Mentouri et à laquelle prendront part des scientifiques et experts algériens, arabes et européens, plusieurs interventions en rapport notamment avec la prévention de l’obésité, les préférences et sensibilités aux aliments apportant les goût gras, sucrés, salés et amers et état pondérales, le rôle du microbiote intestinal, et l’importance de la qualité de l’emballage alimentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.