Greve des enseignants de l’éducation à Tizi-Ouzou : le wali appelle à la raison et ne pas compromettre la scolarité des élèves

0 105

Le wali de Tizi-Ouzou, Mohammed Bouderbali, a lancé un appel à la raison, aux enseignants grévistes affiliés au Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation (CNAPESTE) pour « ne pas prendre en otage les élèves ».

Dans une déclaration à la presse, en marge d’une cérémonie de distribution de cinq ambulances à des établissements de santé de la wilaya, le chef de l’exécutif local, a estimé que la grève du CNAPESTE n’a pas lieu d’être, ajoutant que cet arrêt de travail « est basé sur des raisons fallacieuses et qu’on a pas le droit de prendre en otage la scolarité des élèves ».

M. Bouderbali a rappelé que les services de la wilaya n’ont pas lésiné sur les moyens et n’ont ménagé aucun effort en installant une commission et en initiant le dialogue avec les concernés pour le règlement de ce conflit, toutefois, a-t-il déploré, les grévistes « sont restés campés sur leur position jusqu’au-boutiste, en refusant toutes les solutions proposées ».

Concernant les mesures qui seraient prises à la rentrée des vacances scolaires pour régler ce conflit né suite à l’agression d’une enseignante par un agent de police dans les locaux de la Direction de l’éducation en présence de deux responsables de cette institution, selon le CNAPESTE qui demande le départ de ces deux fonctionnaires, le wali a répondu qu’elles seront prises de concert avec le ministère de l’Education nationale qui avait dépêché la semaine dernière une commission pour se pencher sur cette affaire.

Cette grève illimitée du CNAPESTE, qui dure depuis plus d’un mois, a fait réagir les parents d’élèves et les scolarisés eux même qui sont sortis dans la rue dans une marche conjointe organisée par le bureau de Tizi-Ouzou de la Fédération nationale des parents d’élèves, afin de demander la reprise des cours.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.