L’Algérie pionnière au niveau arabe dans le domaine de l’astronomie et des sciences spatiales

0 29

Le président de l’Association Ibn al Haithem des sciences et de l’astronomie, membre de l’Union arabe d’Astronomie et des sciences spatiales (AUASS), Zeroual Zineddine, a mis l’accent mardi à Amman (Jordanie), sur la place « pionnière » occupée par l’Algérie au niveau arabe dans le domaine de l’astronomie et des sciences spatiales.

Dans une déclaration à l’APS, en marge de la 12e conférence arabe d’astronomie et des sciences spatiales et la 7e conférence islamique d’astronomie, tenues en Jordanie, M. Zeroual a indiqué que l’Algérie était « pleinement consciente, à l’heure actuelle, de l’importance de se mettre au diapason des évolutions technologiques importantes, survenues à travers le monde, notamment dans le domaine de l’astronomie, en témoigne son appui aux différentes réalisations scientifiques et astronomiques, au sein d’associations spécialisées ou de l’Agence spatiale algérienne (ASAL) qui veille à l’application d’un programme spatial national prometteur, s’étalant jusqu’à l’horizon 2020 ».

M. Zeroual n’a pas omis de saluer, au passage, les compétences et les capacités humaines qualifiées que compte l’Algérie dans ce domaine « stratégique et important », soulignant que les efforts nationaux « avancent dans le bon sens, sous l’égide de l’Etat qui apporte tout l’appui nécessaire aussi bien aux associations qu’à l’ASAL, citant ses contributions matérielles et financières visant à développer les projets spatiaux et astronomiques, au service de la société et de l’économie algériennes ».

M. Zeroual a insisté, en outre, sur l’importance de vulgariser la culture spatiale et l’astronomie au sein de la société, précisant que la délégation algérienne participant à la conférence plaidera pour l’introduction de l’enseignement de cette culture en tant que matière dans le système éducatif national et arabe, en £uvrant à sa promotion pour passer du stade de loisir à la spécialité.

Il a souligné l’intérêt et l’engouement des jeunes algériens pour l’astronomie et les sciences de l’espace, notamment pour la compréhension des phénomènes astronomiques.
Il a en outre affirme, dans le même contexte, que l’expérience de l’Algérie, à l’image de l’Association Ibn al Haithem et d’autres, ainsi que ses différentes activités scientifiques et astronomiques, intéressent davantage les pays arabes membres de l’AUASS.

Les points inscrits à l’ordre du jour de cette conférence, qui se déroule en présence de 250 participants et participantes, originaires de pays arabo-musulmans et d’autres pays du monde, porteront essentiellement sur l’astronomie et ses applications en vertu de la Charia ainsi que les nouveautés scientifiques en matière de technologies des sciences spatiales et astronomiques, qui seront traités par des jurisconsultes du droit islamique, des experts, des spécialistes et des académiciens dans le domaine des sciences spatiales et de l’astronomie représentant 28 pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.