Le chanteur Lounis Aït Menguellet reçoit le doctorat honoris Causa de l’université de Tizi Ouzou

0 687

Le chantre de la chanson kabyle Lounis Aït Menguellet, vient de recevoir, ce mardi 9 octobre 2018, un doctorat Honoris Causa par l’université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou et ce, en hommage à sa carrière artistique de plus de 50 ans.

Proposé par le comité des sages de l’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou (UMMTO) et validé par son conseil scientifique en mars dernier avant d’être soumis au ministère de la culture pour donner son feu vert pour son décernement, ce doctorat honorifique a été attribué par le recteur en présence du ministre de la Culture, Azeddine Mihoubi, d’une foule nombreuse d’artistes, des autorités locales et du secrétaire général du Haut-commissariat à l’Amazighité, Si El Hachemi Assad.

Dans une intervention, le ministre de la Culture, Azeddine Mihoubi, a dit, entre autres, sa « grande joie » de participer à la cérémonie de remise de cette haute distinction à cet homme de culture que le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a déjà décoré de la médaille Achir, il y a quelques mois.

« Ce n’est pas un hasard si un monument scientifique aussi grand que l’université Mouloud Mammeri accueille un monument artistique encore plus grand qu’est Lounis Aït Menguellet. Le décernement de ce doctorat Honoris Causa est la preuve concrète que cette université est toujours sur les traces de celui qui lui a donné son nom et dont nous fêtons le centenaire de la naissance, en l’occurrence Mouloud Mammeri », a-t-il affirmé.

De son côté, le secrétaire général du HCA a, pour sa part, annoncé que l’hommage rendu à Lounis Aït Menguellet à l’occasion de ses 50 ans de carrière, se poursuivra avec un projet de synthèse de tous les travaux de recherche et de textes consacrés à son œuvre qui sera publié dans le 15ème numéro de la revue tamazight Tura, éditée par le HCA.

A l’issue de la cérémonie de remise du doctorat Honoris Causa, Lounis Aït Menguellet, très ému a déclaré : « Je suis très fier de recevoir cette distinction. Cela démontre que ce que j’ai fait n’est pas parti vainement. J’ose croire que ça a contribué à l’épanouissement de notre langue et de notre culture.
C’est aussi un grand honneur de voir mon nom associé au nom du grand chercheur et écrivain Mouloud Mammeri et d’être honoré par cette université qui est la bastion des luttes pour la démocratie, l’identité amazighe et les droits de l’homme », a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.