Algérie-Grande Bretagne : Signature d’un mémorandum d’entente dans le domaine de l’Enseignement supérieur

Un mémorandum d’entente a été signé à Alger, entre l’Algérie et la Grande Bretagne dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

36

Algérie-Grande Bretagne : Signature d’un mémorandum d’entente dans le domaine de l’Enseignement supérieur

Un mémorandum d’entente a été signé à  Alger, entre l’Algérie et la Grande Bretagne pour le renforcement de la coopération dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.
Le Mémorundum ana été signé par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdelbaki Benziane et l’ambassadrice du Royaume-Uni de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord en Algérie, Sharon Anne Wardle. S’exprimant à cette occasion, M. Benziane a affirmé que ledit mémorandum porte sur « la création d’une commission mixte algéro-britannique dans le  domaine de la recherche scientifique qui veille à renforcer l’échange des connaissances et d’expériences entre les deux pays tout en encourageant les étudiants algériens à mieux comprendre la culture et la langue anglaise ». Ce mémorandum, ajoute le ministre, vise à encourager la recherche scientifique à travers les projets innovants d’intérêt commun, établir un jumelage entre les laboratoires et les centres de recherche, superviser conjointement les doctorants, profiter des nouvelles mesures pour l’amélioration de la qualité des cours dispensés et développer la mobilité des étudiants entre les deux pays.

La signature de ce mémorandum répond aux aspirations multiformes de la communauté estudiantine en quête de modernité, a souligné le ministre, ajoutant qu’il constitue une opportunité permettant aux signataires de se rencontrer lors des travaux du congrès mondial de l’éducation prévu du 16 au 19 janvier 2022 à Londres qui débattra des mécanismes mis en place par les systèmes d’éducation nationale pour faire face à la pandémie de Covid-19.
Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’action sectoriel 2021-2024 portant traitement des grandes questions permettant la concrétisation d’une transition qualitative multidimensionnelle en matière de la recherche scientifique et du développement technologique, a poursuivi le ministre.
Pour sa part, la diplomate britannique a fait part de la volonté de son pays à « intensifier » la coopération bilatérale en vue de procéder à un échange d’expertise et d’expérience tout en boostant la mobilité des étudiants entre les deux pays.

Les commentaires sont fermés, mais les trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.