Etablissements culturels de formation supérieure: Chaâlal donne le coup d’envoi de la rentrée 2021-2022

La ministre de la Culture et des Arts, Wafa Chaâlal a donné, dimanche 10 octobre 2021 depuis la wilaya de Tipasa, le coup d’envoi de la rentrée 2021/2022 dans les Etablissements culturels de formation supérieure.

15

Etablissements culturels de formation supérieure: Chaâlal donne le coup d’envoi de la rentrée 2021-2022

La ministre de la Culture et des Arts, Wafa Chaâlal a donné, dimanche 10 octobre 2021 depuis la wilaya de Tipasa, le coup d’envoi de la rentrée 2021/2022 dans les Etablissements culturels de formation supérieure.

Le secteur de la Culture et des Arts veille à l’accompagnement et au soutien des diplômés de ses établissements de formation dans l’accès au monde du travail à travers les différents dispositifs d’appui à l’emploi des jeunes, a assuré Mme. Chaâlal, qui présidait avec le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdelbaki Benziane, la cérémonie d’ouverture de l’année de formation 2020-2022.

La ministre a fait état, dans ce sens, de l’accompagnement des jeunes créateurs diplômés des différents établissements supérieurs sous tutelle en matière d’insertion dans le monde du travail et de stages pratiques et de sessions de formation notamment à l’Office de gestion et d’exploitation des biens culturels (OGEBC).

Soulignant l’intérêt particulier accordé à la valorisation de la ressource humaine, elle a estimé que c’est là la meilleure façon de lui permettra de jouer un rôle axial dans l’économie culturelle et dans l’attrait des touristes.

A cette occasion, Mme Chaâlale a appelé les étudiants et les cadres présents à la cérémonie à accorder de l’intérêt à l’histoire « en tant qu’impératif pour chaque peuple afin de demeurer attaché à sa culture et à sa défense ».

« Nous vivons à une époque où certains cherchent à dénigrer notre histoire, notre culture, notre identité, notre appartenance, nos particularités et notre enracinement dans l’histoire humaine ainsi que notre participation à l’édifice civilisationnel à travers les temps », a-t-elle affirmé ajoutant que « ces tentatives vaines et désespérées dénotent de la myopie de leurs initiateurs, qui croient à tort que des agissements irréfléchies liées à leur situation interne critique et à des agendas qui les concernent pourraient semer le doute chez un peuple attaché, à travers des générations, à ce legs culturel, rayonnant et passionnant ».

La ministre de la Culture et des Arts a réitéré, dans ce cadre, l’importace de l’attachement à l’identité culturelle « dont la diversité est une richesse favorisant l’existence d’une culture profondément ancrée et ouverte sur l’autre ».

Pour rappel, la ministre a effectué une visite au Centre arabe d’archéologie qui abrite, temporairement, les sièges de nombre d’établissements de formation relevant de son secteur à l’instar de l’Ecole nationale supérieure de conservation et de restauration des biens culturels (ENSCRBC) de Tipasa.

 

Les commentaires sont fermés, mais les trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.