Salon de l’Étudiant algérien « The Graduate Fair » : des exposants relatent les domaines d’intérêt des étudiants algériens

Des « spécialistes » parmi les exposants présents, au Salon de l’Étudiant algérien « The Graduate Fair », ont bien voulu livrer leurs impressions sur cette 13è édition de cette manifestation relative au domaine estudiantin.

57

Salon de l’Étudiant algérien « The Graduate Fair » : des exposants relatent les domaines d’intérêt des étudiants algériens

Le Salon de l’Étudiant algérien « The Graduate Fair » qui s’est déroulé les 23 et 24 octobre 2021 au Palais de la culture « Moufdi Zakaria » à Alger a connu un grand succès. Des « spécialistes » parmi les exposants présents, ont bien voulu livrer leurs impressions sur cette 13è édition de cette manifestation relative au domaine estudiantin que voici :

Abdenour Lounas (Kampus 22) : « On constate d’abord une très grande affluence du public dont particulièrement les étudiants. On a, justement, reçu la visite de  plusieurs d’entre-deux, très intéressés et qui sont à la recherche des formations aussi ben en Algérie qu’à l’étranger. J’ai remarqué qu’ils sont vraiment déterminés à réaliser des projets d’études de qualité dans des universités et les différentes Écoles de formation supérieure. Ceci, malgré la situation de la pandémie qui résiste encore. Ce Salon de l‘Etudiant est une très bonne opportunité pour les étudiants pour s’y familiariser et surtout avoir les réponses à leurs différentes questions à propos des Formations supérieures dans les universités et institutions de Formation supérieure. Le Salon de l’Étudiant constitue une plateforme d’information pour les étudiants pour faire la connaissance de l’ADN des universités et grande Ecoles afin de poursuivre leurs études supérieures ».

 Sellina Bouaifel (Représentante de l’Université OF WOLLONGONG IN DUBAI) :
« J’aurai aimé qu’il y ait plus d’espace dans ce salon de l’Étudiant algérien d’autant qu’on a remarqué cet engouement extraordinaire du public d’une manière générale et des étudiants d’un manière précise, et heureusement que le protocole sanitaire est bien assuré par les organisateurs. Mais cela n’empêche pas que la distanciation n’est pas respectée de la part du public en général.
Je constate surtout l’existence de beaucoup d’École de Formation supérieure qu’on ne connait pas. Quant à notre université, on est bien désolé qu’on n’a pas de siège en Algérie.

Mahfoud Si Tayeb (Manager British Imperial University College) :
« On ne s’attendait vraiment pas à voir tout ce beau monde se ruer vers les stands dès l’ouverture de cette 13è édition du Salon de l’Étudiant algérien. C’est un très grand engouement en dépit du fait que le spectre de la pandémie du COVID est toujours présent. On constate avec fierté et joie la présence de ces jeunes très curieux de découvrir les opportunités que proposent les universités et grandes institutions de la Formation supérieure aussi bien algériennes qu’étrangères et aussi bien publiques que privées.
C’est une très bonne occasion pour nouer aussi des contacts et c’est vraiment de bon augure pour le futur de nos étudiants ».

Belhocine M. (Numidia Institute of Technology) :
«On constate qu’il y a assez d’engouement de la part des étudiants avec un intérêt particulier pour l’informatique. Ils sont trop curieux avec beaucoup d’ambitions et des questions sur les contenus des programmes. Ils cherchent aussi le coût des études et les bourses possibles à être octroyées. Je remarque aussi que des parents d’élèves et des étudiants qui s’impliquent beaucoup dans les choix de leurs progénitures. Il y a aussi des étudiants qui ont des Masters et qui sont à la recherche des formations supérieures. ».

Sara Chelha (responsable commerciale à l’INSG Business School) :
« On connait bien le Salon de l’Étudiant algérien puisqu’on y participe depuis 3 ou 4 ans. Et comme de coutumes, on remarque une très grande affluence des étudiants pour cette manifestation. On remarque que les quatre Formations qu’on propose intéressent les étudiants d’une manière générale et en particulier, on constate que les domaines du Marketing et du Managment sont très côtés chez nos étudiants. Ils demandent aussi les tarifs et les bourses à l’étranger tout en se focalisant surtout sur l’étranger et le partenariat avec les Écoles françaises. ».

Moussa Sissoko (président d’honneur du Carrefour CADENKOSO) :
« On est vraiment impressionné par ce rush des étudiants qui nous a bien ému. Cela fait deux années qu’on participe à ce Salon de l’Étudiant algérien pour faire connaitre, entre autres, la culture africaine et sa diversité au sein de la grande famille estudiantine. Ça permet aussi de faire connaitre l’Intelligence africaine à travers les échanges et c’est d’ailleurs un très grand honneur pour nous de montrer les opportunités de la Formation dans les Universités et Ecoles supérieures africaines. C’est une opportunité aussi pour connaitre les ambitions des étudiants algériens en essayant de casser ce tabou et cette barrière entre l’Afrique sub-saharienne et l’Afrique du Nord et faire connaitre cette diversité. Transmettre de génération à génération les connaissances et ainsi consolidé les relations algéro-sénégalaises qui ont de tous temps étaient un exemple de complémentarité et de coopération ». 

Les commentaires sont fermés, mais les trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.