Salon de l’Étudiant algérien « The Graduate Fair » : Les étudiants confirment le succès de la 13è édition

Les étudiants-visiteurs de la 13è édition qui s’est tenue les 23 et 24 octobre 2021 au Palais de la culture « Moufdi Zakaria » à Alger sont unanimes à reconnaitre la réussite totale de cette manifestation.

28

Salon de l’Étudiant algérien « The Graduate Fair » : Les étudiants confirment le succès de la 13è édition

Sollicités par le reporter du site officiel du Salon de l’Étudiant algérien « The Graduate Fair », les étudiants-visiteurs, sont unanimes à confirmer la réussite de la 13è édition qui s’est tenue les 23 et 24 octobre 2021 au Palais de la culture « Moufdi Zakaria » à Alger.

Ikram B. (Étudiante en sciences d’Aliments-Beaulieu) :« Le Salon de l’Etudiant est très riche et varié en matière d’exposants. Et justement pour les exposants, j’ai noté qu’ils proposent beaucoup d’opportunités pour nous les étudiants. Je suis venu au Salon de l’Étudiant algérien pour chercher une université ou une Ecole supérieure de langues pour améliorer mon niveau en Anglais et en Français. Je suis contente d’en avoir trouvé surtout avec des stages en Algérie.

Maroua M. (Étudiante e droit 3è année licence) : « J’ai découvert qu’il y a beaucoup d’Écoles étrangères en Algérie. Franchement, je ne savais pas qu’il y a surtout des Écoles françaises. J’ai été aussi agréablement surprise de trouver de très bons conseillers en orientation. Ce Salon de l’Étudiant algérien est très intéressant dans la mesure où on pourrait trouver aussi bien la possibilité de poursuivre les études supérieures et de suivre des stages pratiques ».

Boubacha Zakari (École Supérieure algérienne des Affaires) : « Je pensais qu’il y aurait des journées de recrutement en parallèle. J’ai une licence et j’ai bien commencé à travailler. J’ai voulu changer d’air et d’entreprise. Il y a des partenaires dans ce Salon de l’Étudiant algérien Société Générale, Djezzy et BEN Paris Bas. J’ai discuté avec des responsables dans leur stand respectif et ça s’est bien passé.
J’ai trouvé également des conseillers pédagogiques. Et aujourd’hui j’ai aussi découvert l’INSAG Business School, partenaire de plusieurs universités à l’international. Cette École m’intéresse dans la mesure où je peux m’y inscrire ».

Souagui Imane (Stagiaire BDL) :« Organiser un Salon de l’Étudiant algérien est une très bonne idée. Ça donne des opportunités pour les étudiants. C’est la première fois que je viens dans ce Salon et je suis surprise par la très grande affluence du public en général et des étudiants en particuliers avec certains en compagnie de leurs parents, surtout qu’on est toujours en période du COVID. Je trouve, tout de même très intéressant l’existence d’une diversité d’universités et grandes Écoles et établissements de formation supérieure avec pour certains des possibilités d’emplois ».

Melle Khalissa Tairi (Master Bio Techno) : »C’est une très bonne initiative que d’organiser un Salon de l’Étudiant algérien dans la mesure où on constate un flagrant manque de sources d’informations à propos des Universités et des Écoles de la formation supérieure. Et puis, un autre constat positif : j’ai remarqué de très grandes compétences chez les représentants des exposants. Il y a beaucoup d’exposants avec une idée de commerce alors que je trouve la présence des exposants sur les domaines de la chimie très infime. Il faudrait donc varier les domaines d’exposition ».

Aissa Boussaïd (Chimie analytique 3, Faculté d’Alger) :« Les représentants des universités et institutions de formation supérieure sont vraiment très compétents. Et je trouve l’organisation d’un tel évènement estudiantin très intéressant et surtout très instructif. Mais, je constate que le domaine de la chimie et mois représenté. A part l’ESST, je n’ai pas trouvé d’autres Ecoles supérieure de formation en chimie ».

Tadj Soundous (USTHB) :« Ce Salon de l’Étudiant algérien constitue une véritable opportunité pour trouver des stages et des offres d’emploi. Il y a beaucoup d’universités et d’Écoles supérieures en Algérie, mais il y a un vrai manque en matière de Communication et d’Information. C’est un paradoxe donc que je constate : c’est positif pour les organisateurs du Salon, mais négatif pour nous. Mais, avec l’existence de ce Salon pour nous les étudiants c’est une opportunité pour rattraper le retard perdu en matière de Communication et d’Information sur es différentes universités et Écoles de formation supérieure aussi bien en Algérie qu’à l’international ».

 Réda Brahim Mazari (Étudiant de l’ENST) :« Le Salon de l’Étudiant algérien est une très bonne occasion pour la rencontre entre nous les étudiants et les entreprises et vice et versa. De plus, ça permet aux étudiants de pouvoir peut être, pour certains, de trouver des entreprises dans le domaine « technique » pour pouvoir effectuer des stages pratiques voire d’être carrément recruté. Enfin, je ne vois pas le besoin d’avoir plus de clubs scientifiques. ».

Les commentaires sont fermés, mais les trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.