Ecole supérieure de la magistrature : 2.700 magistrates sorties depuis sa création à ce jour

Le nombre des magistrates sorties de l’Ecole supérieure de la magistrature (ESM) s’est élevé, depuis sa création en 1990 jusqu’à ce jour, à 2.700 magistrates.

11

Ecole supérieure de la magistrature : 2.700 magistrates sorties depuis sa création à ce jour

Le nombre des magistrates sorties de l’Ecole supérieure de la magistrature (ESM) s’est élevé, depuis sa création en 1990 jusqu’à ce jour, à 2.700 magistrates, a fait savoir le directeur général de l’ESM de Koléa (Tipaza), Abdelkarim Djadi.
Le nombre susmentionné représente plus de 46% du nombre total des magistrats de la République, soit 5.913 (hommes et femmes) diplômés de l’ESM depuis 1990, répartis sur les différentes juridictions, et dont celles qui occupent des postes supérieurs de qualité, précise M. Djadi.
A ce titre, le directeur de l’école a présenté un exposé sur l’activité de l’ESM, en marge de la visite qu’effectue la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Kaouthar Krikou, en compagnie du ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Abderrachid Tabi,
pour s’enquérir des conditions de formation de la femme dans cet édifice judiciaire.
De son côté, Mme Krikou a estimé que le nombre des magistrates reste « très important », car, dira-t-elle, « il signifie à quel point les femmes algériennes sont impliquées dans le processus de développement, d’édification et de construction, ainsi que de leur accès aux différents domaines et fonctions ».
Pour sa part, M. Tabi a affirmé que l’ESM « œuvre de façon périodique pour la mise à jour de ses mécanismes d’action et de ses outils de manière à permettre d’offrir les meilleures conditions possibles aux élèves-magistrats « , ajoutant qu’il insistait, à travers les concours d’admission à l’école, sur « la sélection des meilleurs candidats ».
Dans ce cadre, il s’est félicité du niveau de la formation au niveau de cette Ecole, soulignant la mise à jour périodique des programmes pédagogiques et le développement du système de formation d’une manière adaptée aux évolutions du monde d’aujourd’hui.
La délégation ministérielle s’est enquise, lors de cette visite, des différentes structures et capacités de cette école et de ses capacités pédagogiques, sociales et sportives.
Le staff administratif et pédagogique de l’Ecole, dont le siège a été transféré d’El-Biar (Alger) à Koléa (Tipasa), après la réalisation d’un nouveau siège «selon les hauts standards internationaux », assure la
formation des futurs magistrats dans les « meilleures conditions », selon le ministre de la Justice.
Les élèves magistrats suivent une formation de quatre ans selon un programme pédagogique riche, qualitatif et moderne comprenant également un stage sur terrain avant de rejoindre diverses juridictions à travers le pays pour accomplir leurs nobles missions.
L’ESM de Koléa a été inaugurée, en décembre 2020 pour accueillir la 26è promotion d’élèves magistrats (116 élèves). Sa capacité d’accueil s’élève à 1000 places pédagogiques sur une superficie de 120.000 mètres carrés.
L’ESM est un établissement public à caractère administratif jouissant de la personnalité morale et de l’indépendance financière. Elle est placée sous la tutelle du ministre de la Justice, Garde des sceaux, selon la fiche technique de l’Ecole.

Les commentaires sont fermés, mais les trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.