Quelques jours après la rentrée scolaire: perturbation dans les établissements

La nouvelle année scolaire s’annonce d’ores et déjà mouvementée, avec plusieurs actions de protestations observées à travers plusieurs établissements scolaires de la wilaya.

0 32

La situation risque d’empirer si la direction de l’éducation ne parvient pas à trouver des solutions urgentes pour régler les problèmes dans les plus brefs délais. En effet, après près de deux semaines de la reprise des cours, certains établissements sont déjà en grèves.

Les élèves et leurs parents se révoltent contre les mauvaises conditions de scolarisation dans certains établissements primaires, collèges et lycée de la wilaya. Ils contestent en outre, la non ouverture des cantines scolaires ou encore le manque de transport scolaire. Les exemples sont nombreux de ces écoles qui ont observé des actions de protestations, ces derniers jours. On en citera à titre d’exemple à Tazi Rached le CEM « Metrek », ou encore à Timizart le lycée « frère Ait Betta ».

Ce constat amer l’avait aussi confirmé la direction de l’éducation, à travers un rapport général établi sur la rentrée scolaire 2017/2018 dont nous détenons une copie. L’on pouvait lire sur le document que sur les 604 cantines scolaires de la wilaya, seules 294 ont été ouvertes. Plus de la moitié donc sont fermées après deux semaines de la rentrée. Chose que les parents dénoncent, notamment ceux qui habitent loin de l’école.

Le nombre de bus scolaire est de 287, ce qui est peu voire très peu pour un nombre de 43 464 élèves à travers le territoire de la wilaya. Pour ce qui est du livre scolaire, à ce niveau aussi, le manque est signalé par les parents d’élèves.

Les livres concernés sont ceux de la deuxième génération. Le premier responsable du secteur, Ahmed Lalaoui, tente de rassurer en déclarant que « 70% de ces manuels sont disponibles au niveau de la direction ». Au 14 du mois en cours, 955.396 livres ont été distribués, dont 941.371 gratuitement, et 2514 vendus. La symbolique bourse d’aides de 3000 DA offerte aux parents pour chaque élève scolarisé, n’est distribuée qu’à 49%. Pour la direction concernée, la rentrée scolaire est «relativement normale».

Les raisons évoquées pour la non ouverture des cantines scolaires, est « le non accomplissement des procédures administrative et financière au niveau des APC». Sachant que ces dernières ont été prises au dépourvu en leur attribuant la gestion des cantines scolaires à la dernière minute.

S’agissant, en revanche, de l’encadrement pédagogique pour la rentrée de cette année, le problème qui s’est posé est l’affectation des enseignants à des établissements loin de leur lieu de résidence, ce qui les a incités à demander à changer d’établissement. La situation concerne beaucoup d’enseignants à travers la wilaya. L’encadrement administratif aussi, fait défaut pour cette rentrée. Plusieurs établissements demeurent sans directeurs.

Selon le rapport de la direction de l’éducation, 198 écoles primaires, 37 collèges et 10 lycées sont actuellement sans directeurs. La raison de ce dysfonctionnement dans les établissements concernés est dit-on «la non obtention des concours par ces derniers». Comme solution à ce problème, la direction de l’éducation a chargé les vices directeurs et les surveillants généraux d’assurer la tâche.

Par ailleurs, pour ce qui est des indices de la rentrée, la DE a indiqué que la wilaya de Tizi-Ouzou, possède en matière d’infrastructure, 904 établissements : 656 écoles primaires, 180 collèges et 68 lycées. Parmi ces structures, 11 sont encore en chantier et prévues à la réception avant la fin de l’année.

On notera pour la rentrée scolaire de cette année, la réalisation de quelques établissements à savoir le primaire de Tifrist à Azeffoun, le CEM Ait Toudert à Ouacif, le CEM de Atouche à Makouda ainsi que la réalisation du lycée Boudjima et la transformation du nouveau CEM de Fréha en un lycée.

Source La Dépeche de Kabylie

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.