Trois écrivains et romanciers algériens distingués

Prix KATARA du roman 2017

0 93

Trois écrivains et romanciers algériens ont décroché le prix Katara du roman arabe, dans son édition 2017, ainsi que nombre de romanciers arabes au cours d’une cérémonie qui s’est déroulée jeudi à la «Cité culturelle Katara» à Doha en présence de plusieurs romanciers, critiques littéraires et académiciens arabes.

L’écrivain et journaliste, Saïd Khatibi a décroché le prix Katara du roman arabe pour son roman «Quarante ans à attendre Isabelle», tandis que le romancier, Abdelwahab Aïssaoui a décroché un Prix dans la catégorie romans non publiés, pour son roman «Voyage des oeuvres oubliés». Bachir Dhifallah a remporté pour sa part un Prix pour sa critique du roman «Etudes du roman arabe». Né en 1984, Saïd Khatibi, écrivain et journaliste algérien a obtenu en 2012 le Prix du journalisme arabe et compte à son actif plusieurs oeu-vres. Son roman primé «Quarante ans à attendre Isabelle» aborde un aspect de la vie d’Isabelle Eberhardt «1877-1904» qui a vécu dans le Sud algérien et mourra jeune, emportée par une crue. Natif de Hassi Bahbah, le deuxième lauréat, Abdelwahab Aïssaoui est un jeune écrivain et romancier algérien (Djelfa) qui compte parmi ses romans «Sierra de muerte» (la vallée de la mort) et «Cinéma Jacob».

Le 3e lauréat, Bachir Dhif Allah, était connu pour son activité littéraire et académique. Natif de Hassi Bahbah (Djelfa) en 1971, il est poète et écrivain. Le lauréat est étudiant en langue et littérature, également titulaire d’un doctorat en critiques modernes et analyse de discours de l’université d’Alger. Son nom figure dans plusieurs encyclopédies telles que l’encyclopédie des Grands poètes arabes 2009. A noter que la 3e édition du prix annuel Qatara du roman arabe a connu la participation de 1144 auteurs de différentes catégories.

Source L'Expression

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.